banniere_v3

Pourquoi une journée de l’AVC ?

Parce que cette pathologie touche 1 personne toutes les 5 secondes dans le monde.
L’OMS parle de pandémie et projette une augmentation de l’incidence des AVC passant de 16 millions en 2005 à 23 millions en 2030.

II s’agit de l’une des principales causes de mortalité en France, la première pour les femmes; première cause de handicap acquis de l’adulte, deuxième cause de démence. En France, chaque année, 155 000 nouvelles personnes sont touchées par un AVC, une toutes les 4 minutes, et 62 000 vont en décéder.

Cette pathologie est souvent ignorée ou négligée, alors que près de 800 000 français sont touchés aujourd’hui et que plus de 500 000 en gardent des handicaps.

Des enjeux grandissant de santé publique

Une pathologie fréquente
Les maladies vasculaires cérébrales sont la première cause de handicap de l’adulte en France, la première cause de décès chez les femmes et la seconde cause de démence après la maladie d’Alzheimer.
- Par an, 1 400 000 personnes sont touchées par un AVC en Europe et 12 millions dans le Monde.
- Selon l’étude publiée par Struijs en 2005, le nombre d’AVC pourrait augmenter de 28% entre 2000 et 2020 du fait du vieillissement de la population. Mais les AVC ne touchent pas que les personnes âgées, en effet ¼ des personnes concernées ont moins de 65 ans.

Une pathologie grave
- ¾ des patients survivant à un accident vasculaire cérébral gardent des séquelles.
- 15% des AVC surviennent chez les moins de 50 ans, 25 % chez les moins de 65 ans, c’est à dire chez des personnes en activité professionnelle ou en âge légal de travailler, et plus de 50 % chez les personnes de 75 ans et plus.